Traduire le site
       
La chorale en concert
Diaporamas

Fermer  DIAPORAMAS

Chorale l'Air du temps

Fermer Historique

Fermer Notre président

Fermer Notre chef de choeur

Fermer Les choristes

Fermer Nos programmes

Fermer Nous voir

Fermer Infos pratiques

Fermer Poésies

Informations

Fermer Concerts

Fermer Articles de presse

Fermer Histoire et tradition

Recherche




Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Connexion...
 Liste des membres Membres : 72
membres Visites du jour : (1)


Yellowdog


Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
     Yellowdog  
  Anonymes en ligne : 5

Total visites Total visites: 98839  

Webmaster - Infos
Histoire et tradition - Joutes lyonnaises et givordines

 LES JOUTES METHODE LYONNAISE ET GIVORDINE
(source: wikipédia)

ANTIQUITE
 
Les plus anciennes représentations de joutes nautiques parvenues jusqu'à nous se trouvent sur des bas-reliefs datant de l'ancien empire égyptien (III° à VI° dynasties, -2780 à -2380). Il semblerait pourtant s'agir davantage de rixe plutôt que de loisir, vu que l'affrontement se déroulait sans aucune protection avec des gaffes munies de ferrures à deux pointes à leur extrémité.
Après le témoignage égyptien on retrouve des traces de joutes nautiques en Grèce antique. Cette civilisation aurait ensuite introduit cette pratique en Sicile où les latins, grands amateurs de spectacles en tout genre, l'adoptèrent d'emblée. En effet, on retrouve un nombre incalculable de traces de joutes sous l'Empire romain, notamment lors des naumachies. Il s'agissait de spectacles nautiques se déroulant dans des arènes conçues pour être mises en eau. Selon toute vraisemblance, les Romains ont diffusé les joutes dans tout leur empire. Notons ainsi une description de fête à Strasbourg en 303 en l'honneur de l'empereur Dioclétien. Certains historiens plaident toutefois en faveur d'une introduction des joutes dès la fondation de Massalia.
Après l'époque romaine il faut attendre le XII° siècle pour revoir des joutes nautiques. Il est possible qu'elles aient survécu durant cette période au sein de communautés proches de l'eau, mais il n'en fut fait mention nulle part. Le plus ancien document de l'époque post-latine fait état d'un tournoi de joute à Lyon le 2 juin 1177, pour la commémoration du millénaire des martyrs chrétiens de Lyon et de Vienne.
 

PRATIQUE EN FRANCE
 
Un document nous rapporte aussi qu'en 1270 à Aigues-Morte les croisés, soldats et marins, attendant l'embarquement pour la Terre sainte avec le roi Louis IX (Saint Louis), s'affrontaient en combats singuliers montés sur des embarcations légères.
Les documents écrits ou illustrés se multiplient à partir du XV° siècle, faisant état de joutes en Sologne, à Toulon, et plus généralement sur tout le littoral méditerranéen. Sur la côte du Languedoc, les joutes se pratiquent régulièrement depuis le XII° siècle. L'inauguration du port de Sète donne ainsi lieu à un tournoi de joutes (1666).
Concernant la région Rhône-Alpes, on signale le 13 avril 1507 que "les pêcheurs de Saint Vincent (Lyon) tirèrent l'oye et joustèrent, sur la Saône à Saint-Jean pour distraire la reine Anne de Bretagne et ses gens". En 1536, un spectacle de joutes est donné par les mariniers à Saint-Just-Saint-Rambert (Loire) en l'honneur de François 1er. On joute aussi sur la Saône en 1548 pour Henry II et Catherine de Médicis.
Le XIX° siècle est un tournant dans l'histoire des joutes nautiques sur le Rhône. Des sociétés se créent. A l'origine, le but des sociétés n'était pas prioritairement la pratique des joutes nautiques. Il s'agissait de marinier qui se groupaient pour porter secours aux riverains lors des fréquentes crues du Rhône. Ils pratiquaient les joutes lors des fêtes locales, perpétuant ainsi les gestes transmis de générations en générations dans cette fière corporation d'hommes du fleuve.
En 1899, naît l'union fédérale des sociétés françaises de natation et de sauvetage, première structure accueillant les sociétés de sauvetage. L'union organisera en 1901 le premier championnat de France, certes très rudimentaire, sur le lac de la tête d'or à Lyon.
En 1905, l'union est remplacée par la fédération nationale des sociétés de natation et de sauvetage, qui organisent elles aussi des championnats de France...régionaux.
Autour de 1900, les joutes lyonnaises et givordines subissent une évolution majeure. Jusque là, le plastron se portait pendu autour du cou, et noué autour de la taille du jouteur. Ce plastron comportait neuf cases, ainsi que des renflements de bois aux épaules pour assurer la protection du jouteur. A cette période, le plastron passa du torse à l'épaule, comme actuellement, et les renflements, devenus dangereux, furent remplacés par des protections souples. Ce fut dans les années 1950 que le plastron actuel, avec une seule case (le "neuf") est apparu.
Il faudra attendre 1960 pour que la joute soit officiellement reconnue comme un sport par le gouvernement. La fédération actuelle (Fédération française de joute et de sauvetage nautique) naquit en 1964 suite à un profond désaccord avec l'ancienne fédération, qui ne développait pas assez la joute en tant que sport. L'agrément jeunesse et sport, consacrant ainsi véritablement la joute en tant que sport, date quant à lui de 1971. Louis Nicollin est le président de la fédération française de joute et de sauvetage nautique depuis 1977.

METHODE LYONNAISE ET GIVORDINE
Les joutes lyonnaises et givordines se pratiquent surtout dans la vallée du Rhône, plus généralement de Digoin à Avignon, mais aussi en région parisienne, dans l'Oise à Longueil-Annel et sur les rives du Lot et de la Loire.
Il existe quatre catégories seniors (légers, moyens, mi-lourds et lourds), puis sont apparues les catégories juniors (moins de vingt ans, séparés ensuite en légers et lourds), et cadets (moins de seize ans, séparés en légers et lourds depuis 1998). 1998 vit l'apparition des critériums des jeunes jouteurs, faisant s'affronter des enfants de 11 à 13 ans avec du matériel adapté à leur âge. Cette catégorie minime est, elle aussi, séparée en légers et lourds.
Depuis 2000, on assiste aussi au développement de la joute féminine dans les méthodes lyonnaise et givordine. Longtemps réputées trop contraignantes pour les femmes, dans le sens où l'impact sur la poitrine et les articulations est très violent, les femmes peuvent désormais officiellement depuis 2003, participer à leurs propres compétitions. Elles sont séparées en deux catégories: Fines et Elégantes. Elles pratiquent avec des lances de 14 pieds.
Les lances vont de 14 pieds (4,6 m) à 18 pieds (6 m) pour les seniors mi-lourds et lourds, et sont de loin les plus lourdes de toutes les méthodes de joute. Le jouteur est campé sur la plateforme arrière du bateau nommé "tabagnon". Un "bourron" lui servant de cale pour sa main droite lui serre la cuisse droite. Le "plastron", sorte de bouclier, est maintenu grâce à une sangle lui enserrant le cou et l'épaule gauche, tandis qu'une autre sangle, beaucoup plus courte, est passée dans sa main gauche. Il doit tenir sa lance des deux mains, sans la lâcher durant le déroulement de la passe. Il ne doit pas non plus toucher le tabagnon avec une autre partie du corps que ses deux pieds sous peine d'être aussitôt "mouillé" pour avoir "briqué". Il est en outre obligé de piquer dans le carré central du plastron adverse, appelé "neuf". 
Il existe deux positions que peut adopter le jouteur. La première, dite "jambe cassée", est la plus ancienne. Le pied droit calé sur le taquet situé à l'arrière du tabagnon, jambe droite tendue et jambe gauche légèrement pliée à l'avant. Cette position a été la seule durant la première partie des joutes rhodanniennes. Néanmoins, peu à peu, les jouteurs se sont étirés de plus en plus, nécessitant une plus grande souplesse ( d'où le besoin croissant d'entraînement), et débouchant à terme sur la seconde position. La seconde posture est dite "jambe tendue". Elle est apparue au début des années soixante-dix avant de se généraliser dans les années quatre-vingt. Le jouteur est pratiquement au grand écart sans pour autant toucher le tabagnon autrement qu'avec ses deux pieds. Cette position, si elle abaisse énormément le centre de gravité rendant ainsi le jouteur plus dur à battre, nécessite un entraînement soutenu aussi bien en souplesse qu'en musculation. Généralement, les jouteurs débutant adoptent une position jambe pliée avant d'adopter une position plus basse au bout de quelques années.
La différence entre la méthode lyonnaise et la givordine tient essentiellement dans le côté de croisement des bateaux. Les lyonnais se croisent à gauche tandis que les givordins se croisent à droite. Il va sans dire que cette différence modifie l'équilibre du jouteur sur le tabagnon, compliquant le passage d'une méthode à l'autre. Les sociétés, si elles pratiquent souvent les deux joutes, conservent tout de même leur méthode de prédilection.
Il existe plusieurs compétitions. La plus cotée restant le championnat de France, en individuel, qui se déroule comme une coupe: phases éliminatoires, demi-finale et finale (à quatre). Toujours en individuel, mais seulement en ligue Rhône-Alpes, il y a le "classement du jouteur", aux points sur toutes les compétitions régionales de la saison. Il y a enfin la coupe de France par équipes où chaque club engage un jouteur par catégorie.  

  

 

Histoire et tradition-->


Imprimer l'article Imprimer l'article


Concert de Verlieu
Notre traditionnel concert de Verlieu se tiendra le dimanche 27 janvier 2019 à 14h30 en l'église de Verlieu. Cette année nous avons invité la chorale "L'Air du Temps" de Rosière pour partager ce spectacle avec nous. Comme toujours ce concert sera suivi du partage du verre de l'amitié entre les deux chorales et notre fidèle public. biggrin

Concerts de Chavanay 2018
La chorale "L'Air du Temps" a offert à son fidèle public ses traditionnels concerts de mai en l'église de Chavanay les 18 et 19 mai 2018. Avec un programme composé de chansons françaises d'hier et d'aujourd'hui, les choristes, sous la direction de Denise Forest, ont procuré de l'émotion et du rire à un public venu en nombre pour ces deux spectacles. Invités d'honneur le vendredi, les "Amis de la chanson" et le samedi "Saint-Pierre chante" ont joints leur programmes tout aussi attrayants pour embellir encore plus cette fête musicale. Les soirées se sont poursuivies tard dans la nuit autour du verre de l'amitié et d'un somptueux buffet salé/sucré confectionné par l'ensemble des choristes. Là aussi les chansons n'ont pas manqué de résonner à l'unisson dans l'amitié et la convivialité. Deux belles soirées comme nous les aimons tout particulièrement.



 
 

La chorale "L'Air du Temps" présente sur facebook
Retrouvez notre chorale sur sa page facebook, "chorale l'air du temps" afin de partager et nous commenter vos impressions et remarques sur notre activité et nos prestations lors de nos concerts.

Pensée du mois
"Chaque coup de colère est un coup de vieux, chaque sourire est un coup de jeune"
(Proverbe chinois)



^ Haut ^